Un article à ne pas jeter aux toilettes

Aujourd’hui je souhaiterais te parler d’un sujet qui est devenu préoccupant depuis quelques années : les toilettes.

Mais que nous dit ce professeur? Il a perdu la tête? Et bien, non! Je ne suis pas encore sénile. Mais pour être plus précis je voudrais te parler des toilettes dans les écoles, collèges, lycées et universités.

Chacun a son souvenir propre, de ce moment à l’école où on a été confronté à un besoin pressant. Si on est en cours, il faut alors passer la frontière de l’enseignant, qui parfois, ne comprend où n’accepte pas la situation et n’autorise pas la sortie aux toilettes. Mais parlons des toilettes car c’est parfois la cata : pas de lunette sur les WC, des toilettes sales et le manque de PQ. Ce n’est pas la faute des agents d’entretien qui font dans l’ensemble un travail correct, mais comme tu sais les lieux publics ont servi de tout temps d’exutoire. C’est la croix gammée gravée sur la porte  et tous les dictons poétique que l’on retrouve sur les murs de ‘l’isoloir’. Mais pour les filles c’est pire! A l’âge de la puberté, elles aimeraient pouvoir s’isoler dans un lieu propre, sain et sécurisé. Ce sujet, à priori relativement éloigné de l’enseignement, a connu ces dernières années un regain d’attention, tant en France que dans les pays moins avancés. 

Au Maroc, par exemple, il y aurait aujourd’hui plus de 6000 écoles qui manqueraient de toilettes. Résultat: les filles principalement abandonnent l’école. Pour les garçons, on imagine à l’évidence, qu’ils peuvent se soulager dans la nature. Concernant les filles, certains vont me dire que l’a raison est autre. On retrouve l’idée encore ancrée dans les campagnes des pays moins développés, que la fille n’a pas autant besoin de l’éducation que le fils. Pour s’occuper de la maison et plaire à son futur mari ou continuer à apporter une aide domestique à sa famille, ce n’est pas nécessaire. Tout cela reste malheureusement vrai, mais pour autant, la question des toilettes vient se superposer à toutes ces raisons, et est considérée avec sérieux par les organismes internationaux qui font des constats alarmants : 20% des écoles dans le monde n’ont pas d’accès aux toilettes, 900 millions d’enfants ne peuvent pas se laver les mains. ‘Avant de manger, pense à te laver les mains’ va dire l’instituteur du petit village perdu dans le Haut Atlas marocain.

Construire plus de toilettes dans les écoles, collèges, lycées, universités. Voila une action simple, mais qui a du sens. On peut traiter un sujet en dessous de la ceinture, d’une façon sérieuse, n’est-ce-pas?

Annexe :

  • Enquête IFOP novembre 2018 en partenariat avec l’entreprise Essity
  • En Belgique, on ne tourne pas autour du pot
  • Rapport 2018 de l’ONU sur les toilet school
  • L’état des toilettes en Afrique
Partager!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *